agrandir le texte diminuer le texte

Accès direct au contenu

epic Portails : www - étudiants - personnels epic

Vous êtes ici : fr > Vie de l'ED > Compte-rendu des conseils de l'ED > 2016.06.02 - Compte-rendu du conseil de l’ED

2016.06.02 - Compte-rendu du conseil de l’ED

 
Présents :

Philippe Jaussaud (S2HEP), Isabelle Garcin-Marrou (ELICO), Nikos Kalampalikis (GREPS), Françoise Lantheaume (ECP), Philippe Lautesse (S2HEP), André Robert (ECP), Bastien Soulé (EL-VIS).

Membre extérieur : Daniel Parrochia

DRED : Brigitte Dubois

Etudiants élus : Camille Degryse, Solange Kurpiel, Julie Devif. 

Excusés : Luc Trouche, Elise Tamisier, Olivier Perru, Kris Lund, Sylvie Lainé-Cruzel.


Informations générales :

Nouvelle webmestre du site d’EPIC Martha.Gilson@gmail.com

Le laboratoire EL-VIS est désormais entièrement rattaché à EPIC.

1/ Présentation des nouvelles élues
 
Camille Degryse, Julie Devif et Solange Kurpiel pour les présentes (Elise Tamisier, excusée en raison de la grève dans les transports).

Remontée des demandes des doctorant.e.s des divers laboratoires, notamment concernant les formations, sur les points suivants :

·         Possibilité pour des doctorants d’assister à des formations de l’école doctorale à distance : Les membres du conseil vont voir ce qu’il est possible de faire au plan technique : utiliser le système de visioconférences ou encore (sans doute plus accessible pour les doctorants) le réseau Renater. Mais c’est assez complexe et en tout état de cause, cela devra rester exceptionnel.

·         Demande de dates multiples pour les formations : compliqué (en termes de budget) notamment quand l’ED fait appel au secteur privé pour des formations, mais possibilité pour celles proposées par l’ED de proposer un Doodle pour voir les dates qui conviennent à la majorité.

·         Niveau des formations à préciser : descriptifs des formations à détailler davantage pour certaines d’entre elles, possibilité se rapprocher des formateurs (en contactant Brigitte Dubois) pour évoquer les attentes des doctorant.e.s à ce sujet.

2/ Information sur le nouvel arrêté sur la délivrance du Doctorat (du 25 mai 2016)
 
Sur l’Arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat, qui sera actif dès septembre 2016 :

Formation à et par la recherche.

Finalité : production de connaissances nouvelles.

Notion de thèse de doctorat n’apparaît pas dans l’article 1.

Le décret change plusieurs choses : 

L’ED doit vérifier la faisabilité financière de la formation doctorale des candidats.

·         Précision sur la durée du doctorat : L’article 14 du nouveau décret établit que « La préparation du doctorat, au sein de l’école doctorale, s’effectue en règle générale en trois ans en équivalent temps plein consacré à la recherche. Dans les autres cas, la durée de préparation du doctorat peut être au plus de six ans. »
Il y a donc un durcissement de la procédure qui tend à réduire la durée des thèses. La dérogation pour une soutenance au delà des trois ans est cependant possible (délai autorisé entre 4 ans et 4 ans et demi en moyenne et jusqu’à six ans au maximum). 
Ce qui peut jouer en faveur de cette dérogation pour des doctorants en contrat : le fait que les 3 ans sont envisagés pour les doctorant.e.s à temps plein, sans prendre en compte l’activité d’enseignement qu’ils exercent souvent en parallèle et qui prend du temps sur la recherche.
Pour les doctorants sans contrat, il faudra compter une limite de 6 ans pour réaliser la thèse, sans possibilité de dérogation au-delà de cette période.
Certaines ED refusent déjà de laisser soutenir des thèses au delà de 4 ans et demi, mais c’est à nuancer. Il y a une interprétation plus libérale de ce décret souhaitée dans notre école doctorale, même si tout le monde s’accorde sur la nécessité d’éviter les excès et de réduire le temps moyen des thèses.
  Si refus de réinscription par l’ED : possibilité d’appel du doctorant auprès de la commission recherche de l’établissement.

Période de césure d’un an possible pour les doctorant.e.s mais après décision du chef d’établissement, du directeur.rice de thèse et du directeur de l’ED. Si demande acceptée : suspension de la recherche pendant un an mais le ou la doctorant.e reste inscrit dans le laboratoire. Cette année ne compte pas dans la thèse.  Risque que ce soit utilisé pour allonger la durée de la thèse.

·         Le doctorat envisagé dans une perspective de formation tout au long de la vie : il y a de ce côté une tendance à aller vers un dispositif de validation des acquis (qui consisterait alors en la production d’un mémoire mettant en perspective les travaux de production de connaissance réalisés par le candidat (ce qui se rapproche de ce qui est exigé pour les demandes d’HDR). 

Mise en place d’une commission de suivi de thèse individualisée  (article 13) qui tend à devenir systématique. Cette commission étudie l’état d’avancement du doctorant.e dans son travail de thèse pour s’assurer du bon déroulement de la thèse sans pour autant la diriger la thèse. Le ou la directeur.rice de thèse n’intervient pas dans cette commission. Il reste à préciser si cette commission sera fixée par l’ED, si elle sera la même pour toutes et tous les doctorant.e.s, ou si elle se fera au niveau des laboratoires qui feront alors remonter les informations à l’ED (avis, bilan des activités du ou de la doctorant.e). C’est cette dernière solution qui semble privilégiée par le conseil de notre école doctorale, avec la possibilité pour les doctorants qui le souhaiteraient, de demander à passer un entretien oral à cette occasion. 

Formation sur les questions d’éthique et de déontologie à réaliser pendant le doctorat : incontournable. Thème à intégrer dans les offres de formation aux doctorants.

Un HDR peut diriger une thèse même s’il n’est pas universitaire

Sur proposition du directeur de thèse, après proposition de la commission recherche de l’établissement, sur décision du chef d’établissement. Au niveau de la direction des thèses, les co-directions avec des professionnels sont possibles pour les CIFRE. 

Un co-directeur est possible de même qu’une thèse collective mais à condition que l’apport de chaque doctorant soit spécifié (mémoire et présentation individuels).

Soutenance :

Possibilité de visioconférence.L’impression de la thèse n’est pas obligatoire mais est faite à la demande de membres du jury.

Etablissement d’un porte-folio du doctorant qui fait état de la formation et du CV.

Le jury de la soutenance est composé de 4 à 8 membres. Représentation équilibrée hommes-femmes.

Le ou la directeur.rice de thèse participe au jury de la soutenance mais ne doit plus prendre part à la décision finale du jury. Le rapport peut être établi par un autre membre du jury que le président du jury. 3è rapporteur peut être un professionnel. Le rapport doit être remis au maximum un mois après la soutenance.
Application au premier septembre 2016.


Autres changement récents concernant les thèses dans le cadre de l’UDL :

·         Fin des mentions délivrées à la soutenance : pas encore en application pour le moment, même si la décision a été votée par l’UdL. Jusqu’à nouvel ordre, il y a donc encore des mentions. Explication de ce choix de supprimer les mentions : une inadéquation de plus en plus souvent constatée entre une mention très élevée et un rapport de soutenance beaucoup moins élogieux qui invite de plus en plus à regarder le rapport ; une hétérogénéité entre les établissements : certains ne délivrent plus la mention (pour l’heure la décision revient aux établissements). Pour Lyon 2, le choix a été fait de supprimer les mentions mais ce choix doit encore être validé pour entrer en application.

Ce qui change également, la formule de présentation de thèse pour Lyon et Saint-Etienne : « Doctorat délivré par l’Université de Lyon et opéré à Lyon X ». Désormais les attestations et PV vont passer par l’UDL.

Au niveau de notre ED, les doctorants doivent fournir un CV bilan de formation (décision 2015, en application depuis le 1er janvier 2016).


3/ Organisation du jury pour les contrats doctoraux

Contrats doctoraux 2016-2016 à EPIC :

6 contrats doctoraux en 2016

24 juin : remise des dossiers

27 juin : examen des dossiers

7 Juillet : audition des candidats

Un membre de chaque laboratoire participe au jury auditionnant les candidats retenus lors de la sélection des dossiers papier.

1 CD ARC 5.

4/ Journée des rencontres doctorales du 1er  et 2 juillet

Organisées par l’école Doctorale EPIC 485 (Lyon 2) et l’Ecole de communication (UCL) de Louvain (Belgique) sur la thématique « Normes, créativité et esthétique » au Palais Hirsch - Quai Claude Bernard - université Lyon 2 – France. 30 communications prévues / + tables rondes.
Toutes les disciplines sont représentées.

 

Revue Interpares

Prochain numéro 6 (2017) en relation avec le thème des journées doctorales 2016

Numéro 5 : A la croisée des territoires : espaces, réseaux, représentations : 10 contributions prévues.

Numéro spécial alpha (à paraître ces jours-ci) : Condition enseignante, conditions pour enseigner.

 

5/ Succession d’André Robert et nécessité de renouvellement des personnes extérieures

Le Conseil s’était prononcé par vote (à l’unanimité moins une voix) le 27 février 2015 pour une codirection Isabelle Garcin-Marrou (ELICO), Nikos Kalampalikis (GREPS). Sur la proposition du directeur A. Robert, cette décision est confirmée par approbation tacite par le Conseil de ce jour (2 juin 2016). La proposition de cette codirection (avec disposition à prendre concernant l’attribution de la signature) sera donc transmise à la présidente du collège doctoral de l’UDL.

Remerciements pour sa fidélité et la constance de sa présence à Daniel Parocchia, personnalité extérieure membre du conseil depuis 2008, et qui, désormais retraité, quitte le conseil.

6/ Informations diverses :

HCERES sur revues scientifiques

Liens à établir éventuellement avec une revue de doctorants : Adjectif.net (Paris 5).  Revue en ligne, au fil de l’eau.

Tendance à la stabilité de la liste des revues « qualifiantes ».

Intégration de quelques nouvelles revues dans la liste des revues de sciences de l’éducation.

HCERES évalue désormais des « produits de la recherche » et pas seulement des articles ou ouvrages.

CNU

CNU 70 : règles n’ont pas changé : seuil et configuration du dossier, éléments quantitatifs (articles revues) + approche qualitative.


mise à jour le 8 juin 2016


Documents :

Université Lumière Lyon 2