agrandir le texte diminuer le texte

Accès direct au contenu

epic Portails : www - étudiants - personnels epic

Vous êtes ici : fr > Espace doctorants > Rencontres doctorales > Rencontres doctorales 2008 > Thierry Michalot

Thierry Michalot

 

Interroger les pratiques des travailleurs sociaux pour enseigner de nouvelles connaissances

La formation en travail social de niveau III (Educateurs spécialisés et Assistants du service social) repose d'une part sur l'enseignement des sciences humaines et d'autre part sur la transmission de techniques et de savoir-faire professionnels qui n'ont pas toujours fait l'objet de recherche empirique. Par exemple l'évaluation de la nécessité d'aide d'une personne devient une pratique courante dans le travail social et notamment dans le secteur de l'insertion (obtention et maintien du RMI, admission en CHRS, mission locale pour les jeunes etc...). Les CHRS d'insertion sont concernés par cette expertise car d'une part les demandes d'entrées sont très supérieures au nombre de places disponibles, et d'autre part la quasi-totalité des demandeurs répondent aux critères d'accès définis par le droit. Malgré la volonté des travailleurs sociaux de bien faire et les outils dont ils disposent, des études montrent que les demandeurs sont répartis entre « les prêts » et « les pas prêts » pour l'insertion (PELEGE P. 2004), ou encore entre les personnes « dignes » de recevoir l'aide et les autres (ASTIER I. 1998). Ces terminologies correspondent à la classification traditionnelle du pauvre « méritant » et du pauvre « non méritant » mise en relief par GEREMEK (1989). De plus DAMON J. (2002) montre que les interventions ciblées pour les personnes sans domicile fixe (SDF) ne bénéficient pas en général aux personnes les plus nécessiteuses, mais plutôt à celles repérées comme SDF mais moins démunies.

Mots Clés :

Formation professionnelle, évaluation, insertion sociale, aide sociale.


mise à jour le 29 janvier 2012


Université Lumière Lyon 2